Habitat sécurisé

Découvrez les techniques requises pour un habitat sécurisé !

Face à la dégradation des conditions socio-économiques actuelles, nul n’est à l’abri de tout acte de banditisme ou de délinquance juvénile. Pourtant, notre confort quotidien est conditionné par l’impératif de sécurité de notre domicile. Devant ce fait, particuliers, sociétés privées et collectivités publiques investissent pour la pérennité de ce sentiment de sécurité. Quelques fois ils utilisent la domotique ou bien d’autres systèmes de protection.

1 – Les systèmes de verrouillage infaillibles

La première balise sécuritaire est d’assurer le mécanisme de fermeture du domicile. La serrure à mécanisme (clé ou vachette) n’est pas recommandée étant donné sa facilité de crochetage. Par ailleurs, une serrure à cylindre a un niveau de sécurité plus élevé. En effet, elle propose un large choix de cylindre prévenant toute forme d’effraction comme le cylindre anti-perçage, anti-arrachage, anti-casse, anti-bumping ou anti-copiage.

Pour une sécurité optimale, de plus en plus de particuliers et d’entreprises optent pour la serrure à code, la serrure à carte ou le verrouillage biométrique. Ces systèmes de verrouillage utilisent respectivement une composition alphanumériques, une carte d’accès ou une emprunte digitale pour accéder à l’habitat.

Il faut savoir que la sécurité d’une serrure rime avec discrétion et prudence. En effet, avoir un système de verrouillage infaillible ne sert à rien si votre code d’entrée et l’emplacement de vos clés ne sont pas sécurisés. De ce fait les trois conditions suivantes sont à respecter par chaque résident :

    • Éviter de mettre les clés et les cartes d’accès à la connaissance d’une autre personne ;
    • Ne pas divulguer son code d’accès, pour les systèmes de haute sécurité

2 – Les dispositifs de sécurité

Le suivi local ou à distance des divers déplacements du domicile est un moyen de prévention des éventuels agressions ou cambriolages. Toutefois, pour une sécurisation optimale de l’habitat, cette surveillance doit avoir un corollaire : le système d’alarme. Comme son nom l’indique, tout système d’alarme a comme principe de base d’alerter les résidents ou éventuellement les sociétés de télésurveillance en cas d’effraction, d’intrusion ou d’incendie. Son fonctionnement réside dans la capacité de son détecteur de mouvement, de chaleur ou de fumée.

En général, le souci de l’augmentation de la consommation d’énergie exigée par ces dispositifs de sécurités se pose. Dans le but de privilégier la sécurité, il serait judicieux d’étudier les possibilités d’économiser de l’énergie dans la cuisine ou d’installer une douche solaire.

3 – Les techniques de sécurité pérennes

Les techniques de sécurité énoncées précédemment sont placées au sein de l’habitat de manière accessoire. Pour un niveau sécuritaire plus élevé et pérenne, il faut placer des balises de sécurité dès la construction du bâtiment. Pour cela, quelques idées pertinentes sont proposées.

    • Les cloisons anti-effractions

Ils résultent de l’accolement d’une plaque de plâtre et d’une tôle d’acier. Cette matière résiste à toute forme de brutalité et anti-effraction et pare-balle.

    • La porte blindée

De manière générale, la sécurité d’une porte réside dans son système de verrouillage. Pour le cas présent, les éléments constitutifs de la porte blindée (corps en acier, serrure infaillible) assurent une sécurité vérifiée contre les cambriolages. De plus, ils offrent un confort thermique et une isolation phonique. La conception d’une porte blindée peut également se faire en couvrant une porte simple avec un acier épais.

    • Les murs en béton armé

       

Ils sont prévus pour résister aux attaques armées. Ils doivent leur robustesse à leur structure définie par une armature d’acier enrobée de béton. Ces murs sont beaucoup plus robustes. De ce fait, c’est une solution durable aux problèmes de fissures murales.

Laisser un commentaire

Retour en haut