Quel type de fondations pour la construction d’un garage ?

Le garage est surtout utile pour protéger un véhicule des risques de vol et de dégradation. C’est également un excellent moyen d’agrandir la maison et ainsi de bénéficier d’espaces supplémentaires fonctionnels. Il est essentiel de porter une attention particulière à sa construction, en particulier sur le choix de matériau et des fondations.

Pourquoi les fondations d’un garage sont au centre des préoccupations ?

Les fondations garantissent la stabilité du sol et du garage entier. Malgré son apparence simpliste, sa construction doit prendre en compte plusieurs éléments. Lorsque le garage est adossé au bâtiment principal, la robustesse de sa structure influe sur celle de la maison. Par ailleurs, la stabilité du sol doit permettre de répartir convenablement les charges.

Lorsque le garage est construit indépendamment de la maison, il doit être stable pour pouvoir supporter la charge utile, c’est-à-dire les voitures et les autres éléments comme la charpente, le mur, la toiture, mais aussi l’ensemble de l’outillage, et dans certains cas, un étage ou des combles.

Quelle est la profondeur idéale pour les fondations d’un garage ?

En général, un garage ne nécessite que des fondations superficielles, dont la profondeur varie entre 60 et 80 cm. Celle-ci varie en fonction de plusieurs éléments comme la taille du mur porteur. Aussi, lorsque la largeur du mur est inférieure à celle de la fondation, une profondeur de 40 cm est amplement suffisante pour le maintenir.

Par ailleurs, il est impératif de considérer le climat de la région où se construit le garage afin de bien choisir la profondeur idéale des fondations. Celles-ci doivent être hors de portée des gels, car le cycle gel-dégel peuvent rapidement les fragiliser.

Quelles sont les fondations superficielles à utiliser pour un garage ?

Le choix du type de fondation superficielle pour un garage varie en fonction du type de garage et de la nature du sol. Dans ce cas, plusieurs options sont possibles :

La semelle filante

C’est le type de fondation le plus répandu et le plus utilisé dans ce type de projet de construction. La semelle filante ou semelle continue est facile à réaliser. Sa mise en place consiste à réaliser une tranchée de fondation en béton armé sur le périmètre de l’ouvrage. La profondeur varie selon la nature du sol et le climat de la région. Elle est de l’ordre de 50 cm sous climat océanique et peut atteindre 150 m en montagne pour assurer une mise hors gel effective.

La largeur, quant à elle, doit respecter un rapport bien défini, soit 3 fois la largeur de l’ouvrage qu’elle doit recevoir. La hauteur hors-sol doit être proportionnelle à la largeur, mais ne doit jamais être inférieure à 20 cm.

La semelle isolée

La fondation sur plot ou semelle isolée est une autre alternative aux semelles filantes. Elle est surtout préconisée pour les sols moins stables, notamment grâce à une conception spécifique. Par ailleurs, la fondation sur plots permet de supporter des charges plus importantes. Sa réalisation consiste dans un premier temps à couler du béton sans ferraillage dans un support, habituellement un trou de 35 à 40 cm de diamètre ou de forme rectangulaire. Ce trou est creusé à une profondeur de 80 cm (embase élargie) pour éviter le gel. La dimension de la semelle dépend surtout de la charge qu’elle doit supporter. Pour réaliser la partie hors-sol, il convient d’utiliser du béton dense, renforcé par du ferraillage.

La dalle monolithique pour garage

Le radier ou dalle monolithique est une dalle porteuse, réalisée à même le sol. Cette conception est préconisée lorsque le sol est trop instable, car cela permet de répartir la charge sur l’ensemble de la surface. La stabilité et la facilité de réalisation sont ses principaux atouts. En effet, le radier ne nécessite pas d’importants travaux et convient à tous les types de bâtiments. Avant sa réalisation (coulage uniforme du béton), il convient d’étudier le sol et de délimiter la surface à utiliser.

Laisser un commentaire