tableau électrique

Tableau électrique pré-équipé : avantages et installation

Garant du bon fonctionnement du circuit électrique d’un logement, le tableau électrique est un dispositif qui peut revêtir la forme d’un cadre ou d’une boite en plastique. Il rassemble tous les modules nécessaires à la protection du circuit électrique domestique contre la surcharge, le court-circuit, l’électrisation et l’électrocution. Que ce soit lors d’une nouvelle installation ou lors d’une rénovation électrique, la pose de cet équipement nécessite l’intervention d’un artisan professionnel vu sa délicatesse. Néanmoins, vous pourrez vous-même réaliser celle-ci si vous disposez des outils et des connaissances permettant de mener à bien les travaux. Et bonne nouvelle ! Les grandes marques en équipement électrique ont conçu ce qu’on appelle « tableau électrique pré-équipé ou pré-câblé », ce qui vous rend la tâche encore plus facile. De quoi s’agit-il ? Pourquoi le choisir et comment l’installer ? Autant de questions que nous allons aborder tout au long de cet article.

Tableau électrique pré-équipé : de quoi se compose-t-il ?

Le tableau pré-câblé est une boite électrique qui comporte divers éléments tels que des disjoncteurs, des interrupteurs différentiels, des borniers électriques, des cordons de liaison, une prise et des peignes d’alimentation. Il est doté de rangées et d’équipements dont le nombre diffère en fonction du modèle. Ce dernier doit être choisi en tenant compte de la surface du logement. Pour une habitation de moins de 35 m² par exemple, il faut prévoir un tableau électrique pré-équipé 2 rangées, c’est-à-dire composé de deux différentiels. Un modèle comprenant trois différentiels est nécessaire pour couvrir les besoins d’un logement (installation de chauffage, dont la surface est comprise entre 35 m² et 100 m²). Au-delà de 100 m², l’habitation doit être équipée d’un tableau électrique 4 rangées.
Lors de l’achat du dispositif, il faut s’assurer que celui-ci comporte au moins 20% d’espace libre pour installer d’autres équipements nécessaires ultérieurement. D’ailleurs, cet espace est prévu par la norme NF C 15-100 qui régit l’installation électrique.

Tableau électrique pré-équipé : quels avantages ?

Outre le fait qu’il soit plus cher qu’un modèle à équiper de disjoncteurs, le tableau électrique pré-câblé présente de nombreux atouts. On parlera d’abord du gain de temps qu’il peut offrir concernant l’installation. Vu que tous les modules sont déjà raccordés, la mise en place de l’équipement ne demande que quelques minutes. Aussi, pas la peine de s’embrouiller avec les interconnexions et l’installation des protections sur les rangées. Le tableau pré-équipé est synonyme de tableau prêt à l’emploi ! Il suffit de fixer le coffret sur un support maçonné ou une autre structure à l’aide de vis et de relier les câbles d’alimentation sous les disjoncteurs.

Opter pour le tableau électrique pré-équipé est une solution intéressante si on ne veut pas commettre une erreur de choix d’équipement et d’installation. En effet, il se peut qu’on ne sache pas vraiment le type de modules adéquat pour protéger son logement. Cela dit, ce dispositif garantit la mise en place d’un circuit électrique sécurisé. Au fur et à mesure des besoins ultérieurs, on peut effectuer l’ajout d’autres équipements supplémentaires : disjoncteurs, télérupteurs, contacteurs…

Tableau électrique pré-équipé : comment l’installer ?

Sur le marché, vous trouverez plusieurs marques de tableaux électriques pré-équipés. Toutefois, les modèles proposés par Legrand ou Schneider restent les plus appréciés par les consommateurs et les professionnels en raison de leur fiabilité. D’autres marques telles que Hager, Siemens et Zenitech produisent également des équipements électriques de bonne qualité.

Après avoir choisi un modèle, vous pouvez passer à la mise en place de celui-ci.
Vous aurez besoin :
• de tournevis (plat et cruciforme) ;
• d’une pince coupante ;
• d’une pince à dénuder ;
• d’une perceuse ;
• d’un crayon ;
• d’un niveau à bulle ;

D’abord, munissez-vous d’un tournevis pour dévisser les vis sur la coque du tableau. Vérifiez si les disjoncteurs sont bien situés à leur emplacement normal. Dans le cas contraire, procédez aux modifications tout en respectant la norme NFC15-100. Coupez les peignes d’alimentation avec une pince coupante en suivant la longueur des rangées de modules. Vous pouvez aussi les laisser tels quels. Dans ce cas, vous devrez placer des protections de peignes sur les dents libres.

Raccordez le peigne bleu aux bornes N des appareils et le peigne noir aux bornes L. Au cas où le tableau n’est pas en connexion auto, il faudra serrer les vis. Placez ensuite le peigne vertical afin de relier les différentiels entre eux. Si votre tableau en est dépourvu, utilisez des fils bleu pour relier l’un des différentiels aux borniers neutres et des fils noirs ou rouges pour raccorder l’autre différentiel aux borniers phases.

Concernant la pose du tableau sur le support, munissez-vous d’un crayon et d’un mètre pour marquer des points qui vous serviront de repères. Faites des trous avec une perceuse et placez des chevilles si besoin. Disposez le tableau puis serrez les vis. Branchez le conducteur de protection et les fils de terre au bornier de terre puis, les fils neutres et les fils phases à leurs disjoncteurs divisionnaires respectifs.

Raccordez les câbles du compteur d’abonné aux borniers neutre et phase ou au peigne vertical. Fermez le dispositif, mettez en marche le disjoncteur d’abonné et placez sur chaque disjoncteur divisionnaire une étiquette pour indiquer l’appareil auquel il correspond.

À noter : les circuits électriques doivent être protégés par une gaine technique de logement.

Laisser un commentaire

Retour en haut