terrassement en zone côtière

Quels sont les aspects géotechniques et environnementaux des terrassements en zone côtière ?

 

Les terrassements en zone côtière nécessitent une prise en compte minutieuse de certains aspects géotechniques et environnementaux spécifiques. Cet article explore tous les enjeux essentiels liés à ces travaux d’aménagement côtier, de la composition des sols aux problématiques d’érosion côtière, en passant par l’impact sur les écosystèmes.

La géotechnique des terrassements en zone côtière

Les travaux de terrassement en zone côtière présentent des défis géotechniques particuliers en raison des caractéristiques des sols rencontrés. Le tableau ci-après présente les principaux aspects géotechniques à prendre en considération :

Aspects géotechniques

Descriptions

Types de sols côtiers

Les zones côtières peuvent être composées de divers types de sols, tels que des sédiments marins, des alluvions, des dépôts d’estuaires ou des sols d’origine volcanique. Chaque type de sol a ses propres propriétés géotechniques, comme la cohésion, l’angle de frottement et la perméabilité. Ceux-ci influent sur la stabilité et la portance des terrassements.

Érosion côtière

L’érosion côtière est un phénomène naturel qui peut affecter la stabilité des terrassements en zone côtière. L’action combinée des vagues, des courants et des marées provoque le recul du littoral, ce qui peut compromettre la stabilité des talus et des remblais. Les ingénieurs doivent prendre en compte cette dynamique lors de la conception des terrassements en zone côtière.

Niveau de la nappe phréatique

Le niveau de la nappe phréatique peut subir d’importantes variations en zone côtière à cause de l’influence de la marée, de l’infiltration d’eau salée ou de l’influence des cours d’eau à proximité. Cette fluctuation affecte la portance des sols et nécessite l’installation d’un drain approprié lors des terrassements.

Pour réaliser des terrassements dans les zones où les aspects géotechniques sont complexes, sollicitez l’intervention d’une entreprise de construction, telle que ETTB.

Les aspects environnementaux de l’aménagement côtier

Les terrassements en zone côtière doivent également prendre en compte certains aspects environnementaux spécifiques :

Écosystèmes côtiers

Les zones côtières abritent souvent des écosystèmes fragiles et diversifiés, tels que les :

  • mangroves ;
  • dunes de sable ;
  • marais salants.

Ces écosystèmes jouent un rôle non négligeable dans la protection des côtes contre l’érosion, la filtration des eaux et la préservation de la biodiversité. Minimisez l’impact des terrassements sur ces écosystèmes, en appliquant des mesures de protection et de compensation.

Impact sur la faune marine

Les activités de terrassement en zone côtière ont un impact sur la faune marine : les espèces de poissons, les crustacés et les mammifères marins. Les vibrations, la modification des courants et les changements de qualité de l’eau peuvent perturber leur habitat et leurs déplacements. Des études d’impact environnemental doivent être réalisées pour évaluer les conséquences et mettre en place des mesures d’atténuation.

Qualité de l’eau et pollution

Les terrassements peuvent entraîner une augmentation de la turbidité de l’eau en raison du remaniement des sédiments. Cela peut avoir un impact sur la qualité de l’eau et sur les organismes marins qui en dépendent. Adoptez des mesures de prévention de la pollution, telles que la mise en place de systèmes de confinement, le contrôle des eaux de ruissellement et la gestion adéquate des déchets.

Les mesures et bonnes pratiques à adopter

Pour minimiser les impacts géotechniques et environnementaux des terrassements en zone côtière, vous devez mettre en œuvre certaines mesures adopter les bonnes pratiques y afférentes :

  • études géotechniques approfondies : réalisez des études géotechniques approfondies pour comprendre les propriétés des sols et évaluer leur comportement dans des conditions spécifiques à la zone côtière. Cela permet de concevoir des terrassements adaptés et de prévoir les mesures de renforcement nécessaires ;
  • conception résiliente : la conception des terrassements en zone côtière doit tenir compte de la dynamique de l’érosion côtière et des fluctuations de la nappe phréatique. Utilisez des géotextiles, des pieux ou des techniques de renforcement des talus pour assurer la durabilité des ouvrages ;
  • suivi environnemental : mettez en place un suivi environnemental tout au long du projet de terrassement. Cela permet de détecter rapidement tout impact négatif sur les écosystèmes côtiers, la faune marine et la qualité de l’eau, et de prendre des mesures correctives si nécessaire.

Laisser un commentaire

Retour en haut